Le « conscious luxury », enjeu du Vogue Fashion Festiva

Il y a moins d’une semaine, le Vogue Fashion festival réunissait à l’hôtel Potocki les créateurs et autres professionnels du secteur du luxe autour de conférences thématiques basées sur les problématiques contemporaines. Parmi elles, la question du luxe responsable fut abordée en compagnie de Nadja Swarovski, Marie-Claire Daveu de Kering, et le mannequin Liya Kebede.

L’enjeu premier était de redéfinir le terme de « mode durable », souvent dissocié du luxe recherché par les clients au travers des marques premium. Pour Nadja Swarovski, sa marque éponyme s’inscrit déjà dans cette dynamique éco-responsable. Depuis plusieurs générations, l’entreprise utilise les nouvelles technologies dans ses procédés de production, pour réduire à la fois l’impact environnemental (les eaux sont réutilisées à 70%) mais aussi pour éviter l’exploitation de populations des pays les plus fragiles. Chez Kering, la propension du luxe a véhiculer les tendances encourage le groupe à intégrer la durabilité au sein de la chaine de production, pour qu’elle devienne peu à peu un réflexe dans la conception des produits. Comme chez Swarovski, la volonté éthique dépasse le cadre de la protection des écosystèmes naturels. Ainsi Kering s’engage aussi dans la lutte pour l’égalité salariale et la parité au sein de l’entreprise, des valeurs plusieurs fois évoquées durant les deux jours de festival.

24171804_1110335009103343_105622949_n.png