Dior, quand le surréalisme rencontre la Haute Couture

Après avoir présenté la semaine dernière sa collection Homme au Grand Palais, la maison Dior a fait sensation lors de son défilé Haute Couture lundi. C’est dans les jardins du musée Rodin qu’avait été érigé l’imposante structure aux motifs en damier destinée à accueillir les 950 invités triés sur le volet. A l’intérieur de l’édifice, l’inspiration surréaliste du défilé prenait tout son sens. Les drapés blancs enveloppaient les convives dans une ambiance feutrée accentuent le mystère, déjà suscité par les nombreux moulages de plâtre suspendus et les cages métalliques. Maria Grazia Chiuri, Directrice Artistique des collections Femme, évoque l’artiste surréaliste Leonor Fini comme une de ses inspirations majeures pour cette collection : masques géométriques et robes monochromes structurées, la créatrice proposait aux invités 72 silhouettes, fruit de plusieurs mois de travail dans les ateliers de l’avenue Montaigne.

Pour prolonger la magie, les invités étaient conviés à un bal masqué dès la tombée de la nuit. Là encore, c’est à l’aide de projections lumineuses et autres performances artistiques que la marque a réussi son pari : satisfaire ses client(es) et maximiser l’impact médiatique. En effet, la présence des égéries de la maison comme Bella Hadid qui cumule plus de 16 millions de followers sur Instagram assure à la firme une visibilité sans précédent. Il aura alors suffit de moins de 24 heures pour que les images de cette soirée se répandent au 4 coins du monde et fassent rêver bon nombre d’entre nous.